Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 18:17

A  Paul Valéry,

kb2765 c94 03.u 

      Ghislaine de Menten de Horne, La jeune Parque, 1935

 

 

L’harmonie de votre être est brisée de conscience

Et sa chute nouvelle a rompu l’insouciance.

 

Car vous êtes soudain devenue le miroir

De vous-même, et vos mains s’agitent sans vous voir.

La morsure de l’autre a rendu votre vue

Double, ambiguë et belle de vie qui se cherche ;

Dans l’opaque du ciel que vous contemplez nue,

Dans le bleu des embruns qui balance vos mèches.

 

Des larmes meurent sur votre corps étranger ;

Des pleurs roulent alors sans les avoir pleurés.

Des mots jaillissent forts de cet enfantement,

Des mots et des questions sortent d’un sifflement

Insidieux, tournoyant comme une fête fauve.

Un feu fixe et mouvant file, à la tête chauve.

Et vous suivez l’intrus sans être l’instrument

De votre volonté cédant aux pas pressants

De la curiosité.

 

Qui gouverne ce moi ?

Si ce n’était vous-même mais sous d’autres lois,

Engendrées par vous-même sous couvert d’un songe,

Pétri de sa grandeur d’universelle éponge,

Ecumante de moi, poreuse de sagesse,

Alléchante en ce cœur couronné de détresse ?

 

Alors la faim t’entraîne et soulève des voiles

Jusqu’alors inconnues qui s’enflent et te dévoilent.

La liane de ton corps s’étend vers le soleil

Aveugle qui te berce et te tend ses merveilles ;

Ton plaisir se conçoit du contact éternel

D’éléments ajustés à ta symbiose belle,

A la lumière fleuve déversant son souffle.

Synesthésie brutale où la mort se camoufle.

Mais déployant ta force et ton agilité,

Tu t’arraches sans heurs à sa brutalité.

 

Mais revoilà le doute... et la vie qui retombe.

De quel écho sinistre votre être se plombe ?

Sur quelle quête absurde vous voilà penchée ?

La dissonance belle de mortalité.

Ah ! l’appel de la tombe embrumé de fantasme,

Du repos de vos faims, de vos joies, de vos spasmes,

Ballant vos bras rompus à combler votre absence ;


La volonté perdue dans son double silence.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Delhomme - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article

commentaires

guip 06/04/2011 19:55



wo putaing, tu as une sacrée patte mon pote


c'est autre chose que des élucubrations bavées sans inspiration valable (bien que je me préserve de patauger dans le jugement de valeur).


bien que consulté à la va-vite, je puis témoigner que ta verve habite l'interprétation de celui ou de celle qui cherche dans la rime, le moyen de panser ses crimes de lèse mal lesté...


A bientôt et bises à toi


Guip



Rechercher Sur Le Site

l'ARPeGe !

 


Vous voilà sur le site d'expression poétique de l'.Association..RAtUReS.
créée à Grenoble en 2005 par


Nous cherchons toujours des talents à publier sur le site
N'hésitez surtout pas à nous contacter !

Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter (voir ci-dessus) et recevoir ainsi infos et poèmes dès leur publication.


.
Contrat Creative Commons

RAtUReS éDiTiONS !

.
vincent delhomme a celle que je ne connais pas couv copie
* à CELLE QUE JE NE CONNAiS PAS (RECONSTRUCTiON) // Vincent DELHOMME
.
images_couv_perso_239.jpg
* UN DESTiN GRêLE // Vincent DELHOMME
.
images couv perso 7122
* PROMENADE SOUS LES ARCANES // Yiannis LHERMET
.
images_couv_perso_7122-copy.jpg
* RECUEiL COLLECTiF // RAtUReS
.

CaRTEs PoSTALeS !

 

paperblog memberAnnuaire generaliste referencement

Collectif RAtUReS - Poésie - Grenoble