Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:11

 

 

LEITMOTIV

 

I have to write

I have to write

 

Des cieux sans fin sur le guidon

J’épouse enfin l’ennui des dieux

La voix du corps est sans issue

Tissu ocre de nonchalance

De peur, de chance aura perdu

Son ombre aux pieds qui se balancent

 

I have to write

 

Ses mains prenant mon sexe droit

Comme s’il n’était plus un enfant

Pour gouverner l’âge des rois

Il lui manquait deux ou trois dents

De sagesse

 

 

erection2 copie

 

 

ÉCHO    

 

Allez chante jeune fille !    

Alléchée par tout ce qui    

Pouvait nous plaire    

Sale hiver pour votre bouche sèche    

Embarrassée d’alcool et de bave gelée    

 

 

Repost 0
Published by Vincent Delhomme (Textes & Visuel) - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 17:20

 

 

TOMBE

 

qui l’entend ?

ce vol d’oiseau tremblé

dans le jour

 

l’onde de choc

déchire écorce

et racines

 

nul besoin de sang

sur la hache

seulement cette lame

de fond

 

puanteur de l’arbre

au milieu

 

goût de meurtre aiguisé

déguisé sur la langue

tombée

comme

tout

 

tombe

 

 


 

 

SI DESORMAIS

 

ici couché désormais les eaux retirées dans les plis matinaux

je respire l’accalmie

le bruissement des autres des enfants dans la cour son souffle

 

un rai batailleur sur le pan de mur mauve

marcher dessus

jusqu’à elle laissée là toute

un jour de présence commune

 

si couché dans les mots qui sont visage désormais

j’ôtais les dentelles du sommeil pour voir sa parole

dévêtue comme un seuil

au-delà

linéaments de mes guerres ajustées à son échelle intime

    

ici désormais le livre effeuillé nu de cendre de saison sous les doigts

se couche

aux pieds de l’hiver

 

 


  


on cherche un carré d’herbe

tendre où s’allonger

pour confier tout entier

son corps à lui-même

 

couvrir son ombre

 

 

ai-je été ce désir acéré

après la pluie d’automne

vraiment ?

de lumière

 ce bout de façade en crue

 

 

Repost 0
Published by Rodrigue Lavallé - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 18:00

Sans titre-1

// CLiC sur l'image pour agrandir //

Repost 0
Published by Yiannis Lhermet - dans YiANNiS LHeRMeT --
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 17:00

 

« Le nom ! » S’écria-t-il à s’élancer perdu       

« Doit signifier la vie » – Les hommes sans conteste       

L’enfouissent en leur cœur étouffant l’incendie       

Qui couve dans leur voix qui brûle dans leurs cris       

 

banksy_panda.jpg

// Banksy's panda by vince.de //        

 

Maturité sans peine – Enfant – expie le pire

Passe sous l’ombre en roi inspirant la lumière

Crois d’avance en cet air qui dans l’amour se danse

Arrive parmi nous auréolé de rires

 

A l’aube de ta vie nous tendons nos mains pleines

De rêves maladroits – Nos souffles s’unissant

A la chaleur du sang et la fraîcheur du soir

Nous t’attendions – Enfant – pour débuter l’histoire

 

Ton nom sera celui que la vie nous présage

Il chantera pour nous un monde entier de joie

Le son s’enracinant un jour dans l’évidence

S’émancipe et fait loi affirmant ton visage

 

La Terre soit témoin de l’unique existence

Qui parmi des milliards de soifs et de silences

Jaillissant de nos songes nos désirs nos gènes

Etanche comble un peu et incarne nos sens

 

Mystère à l’unisson universel et pur

Carrefour de pulsions – animale aventure

Attente à toute allure de tes cris vengeurs

Tes premiers pas tapis dans le bruit de nos cœurs

 


Repost 0
Published by Vincent Delhomme / Image d'après Banksy - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 17:00

 

 

Phare

 

// CLiC sur l'image pour l'agrandir //

Repost 0
Published by Yiannis Lhermet - dans YiANNiS LHeRMeT --
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 17:00

 

minotaure-T-MAnn.png

 

I

  

Entrez dans la ville

Faites vous

Plus beau

Qu’un feu qui crépite.

 

Est-ce possible…

 

Il y’aura une vache assise devant vous

Une de celles qu’on a moquées

Et qui par la seule crainte

D’offrir son masque au grand jour

Longeait sans phare l’enceinte de mousse

Sous l’œil rouge d’une enfance barbarisée

 

            Aux becs d’aigles antiques

            Et aux regards louches.

 

                       *


Ca y’est

Vous voila refait comme une tuile rouge

Repeint

De haut en bas

Tissé d’une peau neuve

Semblable parmi les semblables

Portant comme un cierge

La large bouche du promeneur

                      

Incognito.       

 

Sous nos yeux

Vernis de bave

Bourdonne

Des épaules aux branches d’églantier.

 

O rite !

Qui laisse dans l’œil rassasié des biches

Comme une trace de morsure dans la nuit

Vous m’êtes

Années après années

Moins compréhensible

Que la règle des trois côtés.

 

                       *


Je cherche un vêtement

Pas une voix si jeune

Crevant mes oreilles jaunes

 

Pas de chairs à pétrole

Ni même d’ongles en fleurs

A foison qui moutonnent.

 

Un manteau d’apparence

Simple comme un toit

Pour couvrir ma honte

 

Enfin !                  

 

*

 

Une porte donne sur le port

C’est la marée noire des alcooliques

Le grand bain des adjonctions.

 

Victimes et proies rassemblées

Cherchent le coupable idéal

Hissé telle une ancre au fond du verre

  

Vertu sans longévité

Qu’un vertige sans hauteur.

 

                       *

 

Non plus de rides ici

Les peaux garnies de cire

Qu’une morne vallée

Riche en varech.

 

Ni plus d’âmes ici

Les corps grévinisés

Qu’un mélange douteux

De cuir contrefait.

 

            Est-ce possible…

 

Dans cette grande avancée

Qu’une main en forme d’écuelle

Bouge devant vous ?

 


 

Repost 0
Published by T Mann (Thibault Moyrand) // Texte & Illustration - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 18:00

 

 

 

La nuit rêve le chant des villes

 

Le souffle court des réverbères

D'algèbre urbain interrompu

Vibre en bref des échos du jour

 

Le ventre creux des abris bus

Puise des âmes en son silence

 

Un peuple de fantômes crie

La partition vide des rues

Musique à nue de son solfège

Arpèges noirs de l'eau qui dort

 

 

Il est trois heures ce matin

Le chant s'est figé dans un rêve

 

 

 

garage

.

.

Repost 0
Published by Vincent Delhomme (Texte) / Photo de A. Maddox - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 18:00

 

 

# EN DUEL

 

 

Pour me vaincre en duel

J’autorise toutes les larmes

A se battre en rangées

Et laver de mon corps

La pudeur en armure.

 

L’eau m’agresse nue et crue

Je me force j’humanise

Je combats les limites

J’active les réflexes

Je rends propre les oublis.

 

Je te veux, te voudrais

Décape-moi en entier

Abolis mes souffrances

Resplendis en douceur

Et explose ma cervelle.

 

Je frémis d’y penser

Puis hagarde je remets

Mes vêtements d’angoissée.

 

 

fond-site-ratures5

 

 

# SECRET DE FAMILLE

 

 

Tu fus si touchant

Quand tu nous livras

Sous le cerisier d’été

Ton coin d’ombre de famille.

 

Tu me touchas tant

Quand tu dévoilas

Au jardin tendrement

Ton histoire secrète.

 

Ta force montrée des failles.

 

Je m’exalte

De ce beau jour de printemps où

Les cerises tâchent les chemisiers

Les mains cramponnées aux échelles.

 

La fée de la forêt est sortie prendre l’air des bois.

 

 

fond-site-ratures5

 

 

# LES VANNES

 

 

Au bord du fond j’halète.

Ta grande absence m’aplatit en disque.

J’étouffe les tortures en goulot

Et me bloque dans l’attente que ça cesse.

 

L’air manque de poussière envahissante.

J’apeure le plomb de l’obscure cave,

L’embouteillage des sens en éponge

Valant veule la souplesse insouciante.

 

Je compresse les poumons,

Pèse du poids l’oppression des sévices,

Tords les boyaux asséchés

Et ferme les vannes à sec.

.

.

Repost 0
Published by Ariel Avril - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 13:00

 

araignée

 

 

C’est des lueurs latentes, lacrymales,

Suspendues, lacées aux tréteaux

Des existences théâtrales.

 

C’est l’oubli dans les plis de rideau.

 

C’est le rictus rythmique.

 

C’est le radeau niché

Sur l’étendue chouineuse de l’absence,

Qu’on regarde s’enfuir du haut de la corniche,

Le cœur alerte l’œil cornichon.

 

C’est la fascination des scènes romanesques,

Qu’on s’imagine sagement,

En effeuillant nos vieux romans.

 

L’araignée poétique

Tisse sa toile :

Errances extatiques,

Sentiers des nues,

Cannes polies d’amours ténus.

 


Repost 0
Published by Yiannis Lhermet - dans YiANNiS LHeRMeT --
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 18:00

 

 

 

Il y a dans ce désert des rages

Une étrange immobilité des pages

 

Un chemin vague

cliquette sous la pulpe des doigts

 

Il y a derrière ces masques assurés

Les rapides impressions d'une taupe

 

Des vagues en chemin

craquent sous les os du ciel

 

Quelques traits subtils pour ne pas comprendre

Distille - allez - petite gerbille de l'aube - tes nuages chenus

L'ère est à s'y méprendre en arcs lus

 

 

 

plein

 

 

© Anoukys /

Blog >> Les yeux de lune /

Repost 0
Published by Anouk Journo-Durey (Texte & Photo) - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article

Rechercher Sur Le Site

l'ARPeGe !

 


Vous voilà sur le site d'expression poétique de l'.Association..RAtUReS.
créée à Grenoble en 2005 par


Nous cherchons toujours des talents à publier sur le site
N'hésitez surtout pas à nous contacter !

Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter (voir ci-dessus) et recevoir ainsi infos et poèmes dès leur publication.


.
Contrat Creative Commons

RAtUReS éDiTiONS !

.
vincent delhomme a celle que je ne connais pas couv copie
* à CELLE QUE JE NE CONNAiS PAS (RECONSTRUCTiON) // Vincent DELHOMME
.
images_couv_perso_239.jpg
* UN DESTiN GRêLE // Vincent DELHOMME
.
images couv perso 7122
* PROMENADE SOUS LES ARCANES // Yiannis LHERMET
.
images_couv_perso_7122-copy.jpg
* RECUEiL COLLECTiF // RAtUReS
.

CaRTEs PoSTALeS !

 

paperblog memberAnnuaire generaliste referencement

Collectif RAtUReS - Poésie - Grenoble