Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 18:00

 

lichen-table



J’ai un peu de temps
Sur le bout de mes doigts
Qui s’accroche


Quelques flocons de neige
Sur les lèvres rouges
De l’oubli


Un peu d’eau claire
Sur les paupières


Un lambeau d’aurore
Dans l’iris étoilé
Du regard aimé


Et brisant le silence
Le cri strident
Du petit matin
Dessine l’horizon


Trait hérissé
De l’onde sonore
D’un vague chant intérieur


La mélopée
Enveloppe
La course folle
D’un souvenir lancé au galop


31/06/2010 - Régine Foucault©

 
Poème extrait du site :
http://www.mondalire.com/mots_d_elle/index.html


Repost 0
Published by Régine Foucault & photo de Vincent Delhomme - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 18:00

 

 

saisir le profil de la fille qui me file entre l'émoi

fébrile la feuille oscille et me grille sous les doigts

ses lignes graciles et son style, ô habile, m'assaillent

dégoupillent la bille qui vrille jusqu'au fond de ma faille
 

par petits appels de nerfs mes lèvres pêlent,

se rappellent du fier pinceau, appuyé de fièvre;

en fiel d'orfèvre qui fait frontière au réel,

l'instant tue l'intinct et installe le mièvre.
 

suis-je fou? suis-je fou? suis-je fou? ou fade?
 

je bave de brèves esquisses qui engluent sa malice,

malheur à mon ardeur, évolue en caprice:

"si tu veux un portrait en splendeur ordonnée,

désarçonner ma torpeur, il faudra te donner!..."
 

la belle hésite et lévite au dessus du moment

où belzébite crépite, attisée par l'aimant

du désir convulsif qu'elle suscite sans vouloir

s'asservir, lascive, à l'emprise qui vient choir
 

je veux tout, en ventouse, j'évente tout de la fable...
 

un avis vit une fois dans l'été d'une histoire,

ravi, il se déploie, sans étais, en lisse toile,

mais toisé par la vis du tord viscéral,

il vibre et avilit l'envie, se plisse et râle.
 

suis-je fou? suis-je fou? suis-je fou? ou fade?

 

 

(on peut fredonner ce texte sur l'air de "I want you" de Bob Dylan, ou pas...)

 

Commentaire reçu le 08.04.2011 pour le texte "Coïto ergo sum..."


Repost 0
Published by Guip & Bob Dylan - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 18:00
...
...

buste-et-corps

 

 

D'après Stéphane Mallarmé


 

Cette écume de verge verte

Au beau sillage de sa croupe

Étend sa trame tel un poulpe

À ma sirène aux mains offertes.


Nous naviguons, là, sur la crête

De ces fantasmes qui me coupent,

Entre ses hanches qui chaloupent,

Hurlant de leurs foudres muettes ;


La blanche ivresse de nos âges

Jouissance amère et sans partage

Jusqu’au beau zénith de son cul ;


Belle amplitude qui me voile

Ce trop d’essences sans dessus,

Ce jour nouveau qui nous dévoile.



Repost 0
Published by Vincent Delhomme (texte & photo) - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 19:00

“Hello, my love I heard a kiss from you
Red magic satin playing near, too

All through the morning rain
I gaze - the sun doesn't shine -
Rainbows and waterfalls run through my mind”

 

“Strawberry letter 23”, Shuggie Otis

 

 à … N. A. 

 

 

Une petite araignée au  grand cœur

S’était égarée en plein marécage.

Surgit de nulle part un drôle, l’air hâbleur,

Démarche chaloupée,  beau et sauvage.

La petite est émue : s’offre à goûter

A cette bête inconnue dont l’immense bouche

Déjà s’ouvre : « Quels beaux yeux, de toute beauté ! »

Belle araignée au cœur fêlé, prend garde – à la rengaine bullée par le bel inconnu -

Tout plaisir, fredonne l’air,  n’est pas bon

A prendre !  L’écervelée se hasarde

A humer ce vin nouveau ; un litron

Suffit à l’enivrer…Sur la carte du Tendre

Elle s’abandonne, ses filets, et c’est nue

Qu’elle rougit, s’oublie, semblant mécomprendre

Que la route vers la joie s’encombre  d’urubus,

Masqués de fer,  tel cet ornithorynque

A l’ego de pierres lancées, qui ébranle,

Et pille, les ombres trop pâles, celles qui trinquent

L’eau trouble des mots en l’air. Lecteur, prend-le

Pour toi, pour tous ceux qui toussent  à la minque,

Maudissant  Indifférence en vaine criée ;

Ainsi  nos lèvres se mouillent d’un beau mensonge,

Chaque cœur agite une araignée sans filet,

Chaque heure suffoque  son regret qui la ronge.

 


Repost 0
Published by Elisabeth Hamidane - dans ELiSaBeTH HaMiDaNE --
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 20:00

 

scarabéA

 

 

Une construction qui me
Tiendrait tête dans le seau humain
Une obligeance envers moi-même
Une préférence pour la crucifixion
-------Heureuse

Qu’on se déhanche pour
Subvenir à la curée

Qu’on contractualise nos rêves
En heurtant sur des troncs nos bras gantés de blanc
Catégorisons la nuée sous son venin
Écumons les oracles de peu d’horizon
-----Et venons-en aux mains !

À la courte paille tirons celle qui sera tranchée !


La hache se prépare à souiller le voleur
Le jeu que demain ne fera pas vainqueur
Subodore à l’odeur la rage de ses reins

La teinte du corps se répandra de gris
Sur les lignes autrefois
Infécondes germera
Des choses
Des choses d’entropie majeure
Belles comme l’hybride d’un rat
------Et d’une rose

Symbiose d’invécu
Surmontée du sceptre au charisme vengeur -
Le sceptre et sa mycose d’avoir
Trop voulu se frotter au sexe
Ce divin diviseur de races
Qui de folie féconda l’océan

Car il faudra s’épancher dans l’ombre
Découvrant le résidu de ses contours
Comme perdus par l’aura morte de sa chance -

Confiance sans nombre aux attentes du vent
Qui versera sans trop en faire
Les valses folles - surnuméraires
En trombes de vaches urinant
Sur le monde jusqu’au
------Débordement

Je me veux de mon temps et gerbe sur la raison !
Il n’aime pas son temps mais voudrait tant aimer -
Il s’efforce à souffler les braises du charnier

---------Qu’on se souvienne !
Qu’on rappelle au bipède sa position
Jusqu’à l’humble plaisir de marcher sur les mains
Joignant à nos pieds nus leur coordination
Bancale - Réapprenons la joie du feu
L’incandescence des premiers lieux
La marée d’embryons convulsés de vie
Qui s’acharnait à essaimer la terre
Ferme d’un pied qui existera dans des milliards de corps -

---Plus tard -
-------Bien plus tard

 

 

scarabéB


Repost 0
Published by Vincent Delhomme (texte & photos) - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 08:00

 

 

34812_166377830074146_100001057896392_355053_1624083_n.jpg 

  Fatiha Cherdoudi

 

 

Prenant le large et un faux air de lune,

Tambours battants presque nuit le pavé,

Deux saltimbanques, souriants, bariolés,

Frôlent les épaules et les nuques brunes.

 

Leurs  belles boucles ne mordent pas la poussière ;

Leurs sourires cajuns  balaient d’un revers demain,

Leurs ailes poussent les grilles des jardins éphémères ;

Dans le ciel noir brille l’oiseau-trapèze urbain

 

Se balance au son percussions ... Ils s’élancent,

Ces anges déchirant le silence,  le ciel ! -  Phares

Illuminant les corps inertes,  les cœurs rances !

 

Nous avions perdus joie.  Les étoiles barbares

Piquaient mon cœur… Tandis que les anges du Transe

Passent,  je renais  par le plus grand des hasards ...

 


Grenoble, joli mois de mai 2011

 

Repost 0
Published by Elisabteh Hamidane - dans ELiSaBeTH HaMiDaNE --
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 19:45

 

 

Explosion-de-l-aquarium-vincent-delhomme.jpg

 

// Clic sur l'image pour agrandir ! //

Repost 0
Published by Vincent Delhomme & dessin de Lenny - dans ViNCeNT DeLHoMME --
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 19:15

 

n596864822_236550_9439.jpg

 

Départ sur les chapeaux de roues

Quito n’a plus son visage d’Ange

Une Flèche brûle entre nous

Et Le soleil brise ses phalanges

 

Sur le pick-up qui m’emmène loin

Des souvenirs proches des enfers

Et fumer me rappelle moins

L’image jaunie par la poussière

 

J’ai les épaules glacées solides

L’œil sec du joyeux vagabond

Rêves de joyaux au baluchon

J’ai les amours glacées pas solides

 

Oublie oublie-moi joli(e)

 

En tirant la langue aux arcs-en-ciel

Cinq doigts d’honneurs épouvantails

Mouchent les étoiles à la chandelle

Et la main quelquefois canaille

 

Pleure pas mon cœur t’es dans mon cœur

Accords mineurs sur ma guitare

Cinq doigts d’amour brûlent mes erreurs

Sourire de singe vert au miroir

 

Oublie oublie-moi joli(e)

 

Clope au vent mèche en dentelle

L’espoir fait rire les vautours nus

Et danser les occasionnelles

Etreintes chinoises de pendus

 

Oh les beaux jours filent et défilent

Sur le stéréoscope des nues

Eldorado hors des idylles

Coussins d’ange ou d’orage en vue

 

Je veux des heures des océans

J’ai mon baluchon plein de rêves

J’avais plein d’amour dans le temps

Puis m’acquitter de mes vieux rêves

 

Le pick-up touchera l’océan

Libre je plongerai tête la première

Le pick-up rouillé brûlant

Brouillant tes yeux éteints et fiers

 

Adieu radieux triste joli(e)

Les jours bleu nuit sont dépassés

Claque la serrure du Paradis

Brûle ma soif d’immense été.

 

Oublie oublie-moi joli(e)


Repost 0
Published by Elisabeth Hamidane & photo de François Bernard - dans ELiSaBeTH HaMiDaNE --
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 17:00
Repost 0
Published by Sandrine Deumier - dans DiVERS --
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 18:00

 

inter-84.jpg

// clic sur l'image pour agrandir //

Repost 0
Published by Hervé Mesdon - dans !!! NoS iNViTéS --
commenter cet article

Rechercher Sur Le Site

l'ARPeGe !

 


Vous voilà sur le site d'expression poétique de l'.Association..RAtUReS.
créée à Grenoble en 2005 par


Nous cherchons toujours des talents à publier sur le site
N'hésitez surtout pas à nous contacter !

Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter (voir ci-dessus) et recevoir ainsi infos et poèmes dès leur publication.


.
Contrat Creative Commons

RAtUReS éDiTiONS !

.
vincent delhomme a celle que je ne connais pas couv copie
* à CELLE QUE JE NE CONNAiS PAS (RECONSTRUCTiON) // Vincent DELHOMME
.
images_couv_perso_239.jpg
* UN DESTiN GRêLE // Vincent DELHOMME
.
images couv perso 7122
* PROMENADE SOUS LES ARCANES // Yiannis LHERMET
.
images_couv_perso_7122-copy.jpg
* RECUEiL COLLECTiF // RAtUReS
.

CaRTEs PoSTALeS !

 

paperblog memberAnnuaire generaliste referencement

Collectif RAtUReS - Poésie - Grenoble